LE CONTEUR

(The Storyteller)

De Sue GLASGOW

Traduit de l’américain par Annik

 

Le "Cœur des Amoureux" à Piana (Corse)

 

Assemblez-vous autour de moi, et je vous dirai la préférée d'entre toutes les histoires de l'ancien temps, du temps ou notre monde n'en était encore qu'à ses balbutiements.

D'un temps d'avant la Paix, quand notre peuple restait cantonné dans les tunnels d'En-Bas, craignant la lumière d'En-Haut, avant que nous ne puissions passer librement d'un monde à l'autre.

Le Père, homme de valeur fort et visionnaire, fonda le monde des tunnels. Mais plus grand encore que le Père était le Prince d'Or, qui fut trouvé bébé devant l'hôpital St Vincent, dans l'ancienne Cité de New York.

Le Prince était un être de miracles, terrible et merveilleux, tendrement chéri par le Peuple. Et le Prince aimait le peuple en retour, mais la profondeur de sa dévotion allait à la Dame d'En-Haut. Maintes furent les joies, les peines et les rêves qui marquèrent leur destinée, immenses furent la force et le courage qu'ils partagèrent à travers un Lien magique que le Peuple ne pouvait comprendre.

Des temps d'obscurité s'abattirent sur les cœurs de ceux du Peuple, mais il vous faut savoir que le Prince et sa Dame survécurent aux ténèbres et connurent ensemble plus d'une merveilleuse aventure.

Mais ceci est une autre histoire. Je vais vous parler maintenant de ce qu'il advint après, quand le Prince d'Or se fit vieux, et que sa lumineuse crinière devint d'argent. Sa Dame conserva sa délicate beauté jusqu'à la fin de sa longue vie.

Mais nul ne peut arrêter le passage des ans, et fatalement arriva le temps où la Dame, parvenue au terme de ses jours, souffla à son Prince, dans son dernier soupir, un ultime serment d'amour éternel. Le déchirant rugissement qui se fit entendre dans tous les tunnels emplit le cœur du Peuple d'un chagrin tel qu'il n'en avait jamais connu.

Le vieux Prince n'adressa plus la parole à âme qui vive. Ses enfants le regardèrent s'en aller en silence, sachant qu'il emportait avec lui la fin des commencements. Il descendit le tendre corps de sa Dame vers les profondeurs de la terre, jusqu'à une caverne de rêves étincelants. Là, il allongea la précieuse forme sur une couche de cristal.

Nombreux furent les jours qui s'écoulèrent, tant qu'à la fin le Peuple ne put attendre plus longtemps le retour de son Prince bien-aimé. Finalement, le préféré d'entre ses fils partit à la recherche de son père, tout en bas, dans la salle magique. Mais quand le jeune Prince entra, il ne trouva nul être, mort ou vivant, entre les murs de cristal. Seulement deux roses entrelacées, une blanche, une rouge, couchées sur la pierre étincelante.

Les années passent, même pour un monde en deuil. Et les années amenèrent avec elles un renouveau du miracle. Les enfants naissaient, et vieillissaient, mais de temps en temps il en venait un qui était différent. Un bébé marqué d'une crinière d'or et d'une délicate fente dans la lèvre supérieure venait au monde, apportant la bénédiction sur toute sa génération. Par ces enfants, nous sommes parvenus à ces temps de paix avec le monde d'En-Haut.

Et ainsi, même encore aujourd'hui, il nous est permis d'espérer la venue d'un de ces enfants si particuliers, qui ont le don du Lien. C'est l'héritage que nous ont légué le Prince et sa Dame.

Mais leur histoire ne s'arrête pas là. Vous devez savoir qu'au fil des décennies et des siècles une présence s'est fait sentir, surtout dans les temps les plus heureux. A la Fête de l'Hiver, quand on joue une valse…il arrive que les tapisseries bougent sans qu'il y ait un souffle d'air, et sur leurs dessins on voit passer deux ombres confondues.

Il court une histoire, parmi les enfants, qui dit que quand ils jouent ils voient parfois passer une Bête terrible et merveilleuse, main dans la main avec une Dame d'une grande beauté. Et le couple sourit aux enfants.

Et les jeunes amoureux qui s'aventurent jusqu'à la vieille entrée abandonnée, au tunnel de drainage du parc, ont souvent rapporté des signaux tapés sur les tuyaux en un code si ancien qu'il est tombé dans l'oubli. Et si les amoureux se tiennent immobiles et restent dans l'ombre, il se peut qu'ils voient un merveilleux Prince d'Or passer la grille pour accueillir la belle Dame d'En-Haut. Elle caresse son visage et dit "Pour toujours, mon bien-aimé?" et il l'embrasse tendrement et répond "Pour toujours."
 


 

Retour aux contes

Retour au Sommaire

Version originale