MAGIE

(Magic)

De Jessie GURNER

Traduit de l’américain par Annik

 

Bonjour. Permettez-moi de me présenter: Millicent Esméralda Lucrétia.

Felis Catus

Non, non, votre vision n'est pas en train de vous jouer des tours. Je suis bien un chat.

Un vrai de vrai, un qui remue la queue, qui dort au soleil, un qui met des poils sur votre pull noir, mange votre plante préférée et se roule dans votre linge propre. Une brave et honnête chatte de gouttière.

Vous ai-je dit que je suis aussi une Marraine Fée?

Comment ça, vous n'avez jamais entendu parler d'une chose pareille?

Fichus contes de fées! Rien que des stéréotypes. Vous vous attendiez peut-être à nous voir voleter dans des robes à froufrous, un diadème sur la tête, agitant une baguette pour changer des citrouilles en carrosses? Oubliez ça! Ce genre d'ineptie sexiste et prétentieuse, c'est du passé. Et qui plus est, formellement interdit par l'article A, §3b, du règlement de la Guilde concernant l'Attitude, le Comportement et l'Éthique des Parrains et Marraines Fées.

Je dois avouer qu'il m'arrive parfois de regretter le bon vieux temps ou il suffisait d'apparaître et de jeter quelques pincées de poudre magique avant de continuer son chemin. Maintenant, il nous faut tenir compte de facteurs tels que le libre-arbitre, l'autonomie des individus, et le potentiel relationnel.

Ce qui m'amène à parler de ma présente mission.

Pour une relation avec du potentiel… Waou!

Ça paraissait si simple. C'est vrai, un premier baiser, ça ne peut quand même pas être si difficile!

Dès que j'ai vu leurs dossiers, j'ai su que ces deux-là étaient faits l'un pour l'autre. Appelez ça kismet, ou destinée, ou ce que vous voudrez (bien que personnellement je préfère le terme de « magie ») ça se réduit finalement à ceci: prenez un homme et une femme désespérément amoureux l'un de l'autre. Ajoutez la lumière des bougies, des promenades romantiques, de tendres étreintes… et en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, vous avez un baiser, c'est évident!

Eh bien non!

Ce qui vous explique ce que je fais là, au plus froid de l'hiver, à me geler la queue sur un balcon.

Vous ai-je déjà dit combien j'ai horreur du froid? Non? Dans ce cas permettez-moi de le faire. Le froid occupe une des dix premières places sur ma liste des Choses que je Déteste, Exècre et Abhorre, juste après les bains, et un peu avant les rubans autour du cou.

Et pour empirer les choses, à travers les rideaux de la porte-fenêtre je peux apercevoir la lueur d'un bon feu dans le salon.

– Vincent, rentrons nous mettre au chaud. Il y a un merveilleux concert ce soir à la radio, nous pourrions l'écouter près du feu.

Ouiiiii! On dirait bien que nous faisons un pas dans la bonne direction.

C'est à dire vers un peu de chaleur. Et je ne parle pas seulement de la cheminée.

Vous voyez ce que je veux dire...

– Il est tard, Catherine, il serait temps que je m'en aille.

J'ai peut-être parlé un peu vite. Je me demande si la Mutuelle de la Guilde couvre les engelures?

– Juste pour un petit moment!

– Une autre fois, peut-être. Je...

Au diable la politique de non-ingérence! Ces deux-là vont s'embrasser, et ils vont s'embrasser ce soir. Ils sont peut-être têtus, mais moi je suis un chat. Et personne, non, personne, ne pourra jamais être plus têtu qu'un chat!

MIIIAAAOOOUUU!

Et voilà! Ça devrait suffire. J'espère seulement que tous les voisins ne sont pas en train d'appeler Police-Secours…

– S'il te plaît, entre, Vincent. Bottine est en train de geler sur place, et moi aussi.

Avant de continuer cette histoire, je vous suggère fortement d'oublier avoir jamais entendu ce nom de Bottine. Pour ma propre défense et l'honneur de mon espèce, je dois préciser que jamais je n'aurais accepté de me faire affubler d'un nom aussi ridicule si le règlement ne nous obligeait à endosser l'appellation, quelle qu'elle soit, choisie par le client.

Mais Bottine!!

Plutôt s'étouffer avec une boule de poils!

Cependant, mis à part le fâcheux détail du nom, je dois admettre que la vie avec Catherine n'est pas désagréable. Elle a toujours une bonne réserve de ma nourriture préférée, et jamais elle ne me chasse de son lit quand je fais une petite sieste.

Et il y a aussi ces chatouilles qu'elle me fait sur le ventre, quand elle me retourne et que…

Hem! Je m'éloigne du sujet….

Disons seulement que si jamais j'apprends que vous avez laissé échapper un seul mot de cette histoire de Bottine, je vous pourchasserai où que vous soyez, vous changerai en souris blanche et vous déposerai dans le laboratoire pharmaceutique le plus proche.

Est-ce que je me fais bien comprendre?

Parfait!

Bon, on dirait bien que nous faisons quand même quelques progrès.

Ils sont à l'intérieur de l'appartement, blottis confortablement l'un contre l'autre sur le canapé, bien au chaud devant un bon feu. Et…

Rien!

Nitchevo!

Nada!

Peut-être serait-il temps que je commence à réfléchir à un changement de carrière. Les petites souris qui ramassent les dents de lait n'ont jamais ce genre de problème, à ma connaissance.

D'un autre côté, si j'abandonne, ça risque de gâcher des états de service jusque-là impeccables.

Ah, les décisions…

Oh et puis zut! J'aime les histoires qui finissent bien!

Même si je dois faire une entorse ou deux au règlement.

Ce que la Guilde ne sait pas ne peut pas me faire de mal.

Et puis j'ai de l'ancienneté. Qu'ils essaient seulement!

Maintenant voyons. Comment faisait-on, déjà, pour le sort du Désir Extrême? Ça fait un moment que je ne m'en suis pas servie, de celui-là.

Là! Ça devrait être bon.

Catherine lève sa tête de l'épaule de Vincent et regarde fixement sa bouche. Je retiens ma respiration…

– Est-ce que tu…

Elle s'approche de lui et dans ma tête commence à se former le projet de prendre quelques jours de congé. J'irais bien me chauffer un peu au soleil sur un rebord de fenêtre à Tahiti.

– …voudrais un chocolat chaud?

Pas de doute, il est vraiment temps que je pense à changer d'emploi. Mon cousin Félix a quitté la Guilde pour travailler dans la publicité, je devrais peut-être l'appeler...

– Non merci, Catherine. Je...

Et c'est reparti! Le couplet habituel des « il faut que je m'en aille ». J'ai entendu ces excuses si souvent que je pourrais les réciter en dormant.

« Responsabilités En-Bas... »

Et bla, bla, bla…

« Père va s'inquiéter... »

Et patati, et patata...

« Je dois préparer mes cours de demain pour les enfants... »

Et bla, bla, patati, patata...

Bref, vous saisissez l'idée générale.

Je me demande si Félix ne serait pas plus percutant avec une partenaire... Attendez une minute!

Vincent ne s'en va pas.

Il entoure Catherine de ses bras…

Et...

Il l'embrasse!!!!

Et pas un petit baiser timide du bout des lèvres, vous pouvez me croire!

Il la tient par la nuque, la main enroulée dans ses cheveux, et elle s'agrippe à ses bras comme si elle n'allait plus jamais le lâcher.

Et ils n'ont pas l'air de vouloir refaire surface pour respirer avant un bout de temps.

Est-ce que c'est moi, ou est-ce que d’un seul coup il s’est mis à faire chaud ici?

Très chaud.

Très, très chaud.

Vu la tournure des évènements, je dirais qu'il est temps que la Marraine Fée reprenne la route.

Je crois que je vais laisser tomber Tahiti et filer droit sur ma prochaine mission.

Quoi qu'ils m'aient préparé, ça ne pourra être que du gâteau en comparaison.

Mm, voyons ça…

A-t-on idée de s'appeler Mulder et Scully, je vous le demande?

 

Fin

 

Retour aux Contes

Retour au Sommaire